Marcel Delstanche est parti également.

Examen de Ki en 2003

Nous aimions bien Marcel, ce petit bonhomme sympa, qui ne manquait de venir quand il le pouvait depuis la Belgique.

Il aimait nos bonnes tables française et surtout la friture…et voilà qu’une septicémie foudroyante nous l’a enlevé.

C’est un petit bout d’histoire de nos dojos qui s’en va…

Salut à tous nos amis belges

Poster un commentaire

Fin de saison à Ronchamp

La saison 2016-2017 se termine ce mercredi. C’est l’occasion de remettre les diplômes concrétisant l’intérêt et le travail sur le Dojo.

Les diplômes ont été remis par Pierrot CORNU (4ème Dan)

 

 

Catégorie enfants 7ème KYU (ceinture jaune-orange) :

  • Clémence LAINE
  • Hélia CORNU
  • Célyna ANDREANI.

 

4ème KYU :

  • Nicolas OKAZ

 

 Unification de l’esprit et du corps (examen de KI):

CHUKYU :

  • Nathan CORNU
  • Anthony OKAZ.

JODEN :

  • Marc BRUN.

 

 

Avant cette remise des diplômes, une démonstration a eut lieu devant les parents et amis.

La séance s’est terminée autour d’un joyeux apéritif.

La reprise des cours est prévue le mercredi 6 Septembre à Ronchamp et le Lundi 11 à Beaucourt.

Nous vous attendons tous et plus nombreux ! Bonnes Vacances !

, , ,

Poster un commentaire

Gérard COMPAGNE a rejoint nos kamis

Gérard COMPAGNE était une de nos plus anciens pratiquants puisqu’il a pratiqué dans notre Dojo jusqu’à ses 85 ans. Il nous a quitté ce matin à l’age de 91 ans.

Gérard était originaire de Seloncourt, où son père possédait une usine de ressorts et des petites charrettes ‘La Robuste’. Marié à Marie-Jeanne SIBIODON, qu’il a rencontré à Roubaix pendant ces études d’éducateur, il aura 6 enfants.  Il reprendra l’usine de son père à Seloncourt, et y pratiquera l’Aïkido  avec son ami Marcel PLANCON. Ces enfants seront initiés dans ce même club. Il ira ensuite à l’ECB de BELFORT chez Serge MERLET avec Monique POZZI. S’arrêtant quelques années, il reprendra avec Fernand RIGOULOT et Pierrot CORNU le KI Aïkido à Belfort et Ronchamp. Très pragmatique et droit, il y tiendra le rôle de trésorier. Son gendre Jean-Paul LETT et sa fille Emmanuelle viendront rejoindre le KINOKENKYUKAI de Franche-Comté et créerons avec lui le Club de Beaucourt.

Après une vie professionnelle, familiale et associative bien remplie, il avait pris une résidence à la Maison Blanche à BEAUCOURT où il s’est éteint en Paix.

 

 

, , , ,

Poster un commentaire

Stage de Pisano  – 12/13/14 mai 2017

Rémi, Christophe et moi ( Thierry), sommes allés à Pisano sur les rives du lac majeur, pour participer au stage du Sensei YOSHIGASAKI organisé par Bruno.  Après une route pluvieuse et le traditionnel bouchon de Lugano, nous arrivons avec une heure de retard sur l’ horaire prévu (banal). Nous retrouvons nos amis venus d’Allemagne, de  Suisse, de Marseillais et les italiens. Nous assistons à la fin de la séance depuis les bords des tatamis.

Sensei  aborde la pratique de l’ aikido dans la vie réelle. Il développe 4 principes pour illustrer cela.

  • Trouver une forme harmonieuse (nage) avec uke
  • Changer la forme de Uke sans le déplacer
  • Déplacer Uke sans changer sa forme
  • Continuer de vivre sa vie

 

 

 

 

 

Après une mise en application via les hitori waza, l’heure du diner arrive et nous nous rendons au Circolo pour le repas : super risotto aux asperges et autres spécialités nous calent l’ estomac.

Une bonne nuit dans le dojo et le samedi redémarre avec l’ application des ces 4 principes sur  katatedori, katatekosadori, shomen uchi, yokomen uchi, tsuki……….la journée est coupée par le repas (scaloppi al vino bianco, penne al asparagi, le tout arrosé d’ un blanc frais et pétillant).

La soirée se  déroule à l’ Hotel Colazza sur les hauteurs du lac avec une vue magnifique et la dégustation d’ une liqueur au chocolat qui fait sourire Sensei en voyant la tête des téméraires buveurs.

Le dimanche matin est consacrée au boken , la perception des lignes qui permettent un contrôle et une pratique harmonieuse des mouvements de base  afin de pouvoir réaliser au mieux les katas .

Nous reprenons la route pour profiter d’ un repas sur une  trattoria au bord du Laggo Maggiore et prenons le chemin des écoliers en passant par le col du Simplon pour admirer les Alpes suisses et leurs sommets encore bien enneigés.

, , , ,

Poster un commentaire

Séminaire au Plan d’Aups

IMG_1906Encore une fois, je me suis programmé le Plan d’Aups, histoire d’aller dans le Sud retrouver mes amis aikidokas marseillais, et également la sympathique équipe de Balerna avec Pietro, Govert, Bernhard et Yvette. (En plus, je vais y récupérer de l’alcool de Châtaigne que Paul m’a ramené de Corse.)


IMG_1902

Je suis arrivé le vendredi et j’ai pris une chambre d’hôtes au Marseille City, Boulevard des dames. L’endroit est surprenant car planqué dans une ancienne fabrique de Santon avec une entrée très discrète qui donne sur une cour.

Le patron est très sympa, mais je regrette la chambre sans fenêtre et le WC dans la salle du petit déjeuner (imposant une discrétion pas toujours aisée… ) mais pour 200 € les 3 nuits + déjeuner, ça va très bien.

Donc, vendredi soir, j’ai rendez-vous en bas de la gare St Charles avec Paul, Gaby et Sensei.

IMG_1900Ne sachant pas trop où aller, nous prenons un pastis à Notre Dame du Mont où Paul m’y fait goûter les fameuses panisses. Ce sont des rondelles de pâte de pois chiches en fritures. C’est typique et bon à grignoter. Nous allons ensuite déjeuner dans un très bon restaurant ‘CHEZ NOUS’ (ah, l’espadon à la Plancha et le Baba au Rhum maison !) situé sur cette même place pour 30€.


Le samedi matin, Paul vient me prendre et nous chargeons également David, notre  anglais qui fait sa tournée mondiale des séminaires de Yoshigasaki. Au Plan d’Aups, le vent souffle, le ciel est lourd et la route est maculé de slogans politiques pleins d’humanité et de dignité pour ceux qui ne sont pas réveillés et auraient l’impression de ne plus être chez eux : demain c’est l’élection présidentielle ( bref je m égare ..)

DSC_0029Sur place, Thierry nous invite à poser les tapis, et nous pouvons commencer le cours à l’ heure avec Sensei qui débute l’échauffement en précisant la manière d’écarter les doigts pour maintenir notre force dans toutes les directions. Puis il aborde la théorie avec 4 principes. Pour lui, l’Aïkido de Tohei est expliqué par la théorie mathématique des points. La perception et la pratique dans la vie réelle doit se réaliser sur la forme. (On entend par Vie réelle, l’Aïkido pratiqué hors du Dojo, et en dehors des événements du quotidien (une confrontation, un conflit, un accident, une agression …).


Il est important de comprendre que percevoir la forme de uke se situe sur le haut du corps où il exprime ses sentiments et intentions (agressif, amical, neutre, triste…). Le bas du corps n’exprime rien et sert au déplacement.

Voici les 4 principes de la forme dans la vie réelle :

  1. Nage doit créer la forme en harmonie avec Uke.
  2. Changer la forme de Uke sans le déplacer
  3. Déplacer Uke sans changer la forme
  4. Continuer de vivre sa vie.

DSC_0037Ensuite le cours s’est poursuivi sur le programme du 2éme Dan que Bertrand du dojo marseillais de Alain et d’Annie doit présenter. Il y a eut donc beaucoup de révisions… 

DSC_0033Puis nous avons terminé sur un peu de Kiatsu appliqué au genou de Gaby !


Le dimanche matin, nous avons eu droit à des explications sur le boken, puis sur jo et  boken. Il fallait travailler avec de l’intention et du Ki…

Et finalement, à midi, fort de ces enseignements, Bertrand a pu passer son examen. Avec Alain, Gaby et Fabien, j’ai joué Uké sur un programme un peu oublié, mais avec l’expérience, j’ai réussi à le suivre tout en évitant une chute en direction de Sensei (résultat, mon nerf fessier s’en est un peu souvenu le soir). Finalement, Bertrand l’a réussi, et l’années prochaine ce sera le tour de Jérôme pour un 1er Dan.

IMG_1910Le soir nous avons bu un pot sur le vieux port avec David. Nous lui avons fait goûter un pastis, mais visiblement l’anglais restera accroché à son Whisky. Puis nous l’avons déposé à la gare.

Le soir,  je suis allé visite les docks et les Terrasses du port. C’est un immense centre commercial avec boutiques d eluxes, et j’y recommande le restaurant japonais à gauche de l’entrée.


IMG_1935Le lundi matin, avant mon retour,  Paul m’a emmené visiter les îles du Frioul. ce sont deux îles rattachées par une digue en face du Château d’IF. On y accède via les navettes du Vieux port (10€ A/R). Faites attention si le Capitaine vous propose de descendre en bas à l’abri…. en pleine mer,  je me suis retrouvé trempé du haut en bas en voulant rester sur le pont supérieur en compagnie de 3 jeunes portugaises. là-bas, il y’a de jolies promenades à travers les forts et asiles de quarantaine. Vous pouvez  également y manger un aïoli (mais pas aussi bon qu’à la maison …).

Bref, un séminaire très sympa que je recommande à tous et à toutes.

Poster un commentaire

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Il était prévu dans notre travail de ces 3 dernières années de présenter le 4 dan ensemble, c’est-à-dire Pierrot un jeune Septua, et deux vieux quinquas, Thierry et moi-même (Jean-Paul).

 

Si le vendredi, nous avions reçu avec un peu retard nos diplômes d’Okuden des mains de Sensei, il fallait le convaincre de nous laisser présenter ce fameux  4ème dan . Ce diplôme est le dernier à être présenté avec un examen. Les grades suivants sont liés à une grande expérience d’enseignant et d’investissement dans le Kinokenkyukai.  Il est donc pour nous plus qu’un aboutissement, mais une étape importante pour investir plus pleinement dans l’avenir de nos élèves.

 

Seulement comme rien n’est acquis, et que nos expériences sont limités à notre travail au Dojo, et par nos séminaires en Europe, Sensei avec raison, nous a proposé une révision générale puis passage de l’ examen à la dernière heure du séminaire.

 

Autant dire, que j’ai été tout de suite mis en difficulté quand il a fallu compter durant l’exercice d’Hitori waza. Mon comptage était faux et je pensai qu’il s’agissait de mettre de la conviction de ma voix. En réalité, il fallait bien comprendre que le comptage se fait au moment où les choses changent et non au déplacement. C’est un peu comme si mettait en route le chronomètre quand on met les pieds dans les starting- blocs.  Il faut compter quand le coup de feu part.

Ensuite la voix et l’intonation dans le comptage a également son importance.

 

Ce concept de déplacement et de changement de forme a donc été développé tout au long du séminaire.

Le samedi matin, nous avons revu en détail le Kumitachi et Shinken. Il fallait juste éviter que cela ne soit trop triste en poussant des Kiaïs (Pierrot et Anne comprendront).

 

Bien sur, la pause de midi s’est faites Chez Bruno, avec un très bon Baekof.

 

L’après-midi, tout d’abord, un explication sur le A-E-I-O, lors des exercice de Kenkodo. Je vous la donne telle que Sensei l’a présenté :

AI signifie d’accord mais en ancien japonais, on disait EI.

IE, IO  c’est pas d’accord.

Il parait que le concept de Oui, Non n’existe pas dans les conversations. Il faut comprendre D’accord, et pas D’accord .

Donc l’exercice consiste à dire d’accord et pas d’accord.

 

Puis nous avons révisé du Jo nage avec toujours cette notion du déplacement et du changement de forme. Le shiho Nage par exemple se travaille d’abord en déplaçant puis en changer la forme, un peu comme une voiture qui veut faire demi-tour sur l’autoroute. On ne tourne pas directement, il faut d’abord prendre une sorte puis une entrée. Pour ma part, j’ai apprécié d’expliquer ceci à Eric, un non-voyant qui ne travaille qu’avec la perception du mouvement sur le JO.

 

A la fin du cours, j’avais discrètement dénoué mon pantalon pour profiter d’une petite pause rapide. Et bien, il n’y en a pas eu ! Je me suis retrouvé avec mon pantalon un peu ouvert, et n’ai pas pu retrouvé mon Jo et du en emprunter un au bord du tapis. Et hop…c’ets parti, avec  enchainement d’Hitoriwaza, avec une petite erreur de comptage et un peu contracté, mais ça passe. Ensuite, Kata dori Shomen avec un Christophe parfait dans les chûtes. Pour le Boken, je pensai démarrer avec Shinken, mais Thierry débute, avec Kumitachi. Je rattrape le coup, puis nous faisons Shinken sans problème. Puis Jo nage avec Christophe sans problème, sauf que j’ai failli oublier le travail à 2 et 3 attaquants… En fin de Randori, trou bête, je ne trouve plus le mot Yamé pour arrêter. Je glisse un mot à mes partenaire, qui ne m’entendent pas, alors ça dure jusqu’à ce que Sensei me dire qu’on arrête.  En plus je rate le salut alors que je suis le premier à cheval sur le protocole. Tout ça pour vous dire qu’il ne faut pas stresser quand vous  passerez votre examen avec Sensei. Ce ne sera pas parfait et c’est normal, mais Sensei s’attache plus à la manière qu’à la perfection.

 

Thierry et surtout Pierrot ont survolé l’examen avec une petite pointe de stress comme moi dans le comptage, mais ça c’est bien déroulé. Respect à mes anciens !

Nous avons fini la matinée autour d’une bonne friture de Sandre, à discuter ensemble. Eric nous a confirmé que cela lui avait plût. C’est une première avec un non-voyant et nous en sommes très content.

Nous avons évoqué une périple à Bruxelle, et il se pourrait que les chose se décident pour septembre 2018. Anne nous en reparlera ! (et encore merci à Anne et Nelly pour les petits oeufs de Pâques qui n’ont pas survécus longtemps).

 

 

 

, , , , , , , , ,

Poster un commentaire

Séminaire Yoshigasaki à Ronchamp 2017

Le séminaire de Ronchamp est le plus attendu de la saison, car il il nous permet de recevoir le Doshu Yoshigasaki. C’est l’occasion de voir nos amis Belges et Allemands qui suivent le Doshu à travers ses périples européens. Merci à nos maîtres germaniques Bernard (5 dan) et Martin (5 dan) de se joindre à nous. Merci à Anne et Nelly de Bruxelle, André de Charleroi de venir nous voir tous les ans. D’autres viennent nous rencontrer comme ce monsieur sur la photo (je ne connais pas encore son prénom) venu exprès de la région de Nancy avec son épouse, qui pratique l’aikido malgré un très fort handicap visuel qui l’empêche de voir mais pas de ressentir. Il est très intéressé par l’Aikido de Tohei, et semble bien maîtriser ses postures.

La séance a débuté par une remise des diplômes de KI 4 dan à Pierre Cornu et Thiery Jeager (tant pis pour moi, je suis arrivé en retard de mon travail).

Admirez la qualité du diplôme qui a été calligraphié au Japon par un membre de la famille de sensei qui est un maître de l’écriture de japonaise.

Je ne connais pas toutes les subtilités de cet art, mais ce qui importe, c’est l’espace et non le trait.

Pour ce qui  du cours, ce fut assez didactique, mais nous pouvons vous annoncer que Sensei est en cours d’écriture d’un ouvrage sur l’Aikido du réel.

Rappelons que l’Aïkido tel que nous le concevons à pour but d’éviter le conflit en changeant l’esprit de l’attaquant.

Si son précédent ouvrage Aïkido Evolution Dynamique, s’intéresse au travail dans un dojo, celui qui s’annonce est une réponse à nos réaction dans le vie courante. Et on découvre assez vite, que l’union du corps et de l’esprit, ce n’est ni de la psychologie (pas assez rapide pour analyser une situation), ni une technique guerrière destinée à briser l’adversaire (ce qui génère d’autres conflits au final). Tout est question de communication entre notre Ego interne et externe….

 

 

Poster un commentaire