Archives de mars 2012

Séminaire Yoshigasaki à Ronchamp

Ce matin, nous avons repris la partie Jo Bokken 1 que j’avais du mal hier à percevoir. En effet le comptage semblait différent, mais en fait il faut comprendre que la forme que nous connaissons est linéaire. Celle que nous avons étudié est comme un film avec des retours en arrière style Tarentino ou les frères Cohen. Ainsi nous comptons 1 1 2 2-3 -4 4-5 5-6-7-8-9 9-10-11-12 12-13 13-14-15-16 16-17 17-18-19-20 20-21-22 . Apparament compliqué, mais très éducatif en réalité et en plus si j’avais su cela lors de mon passage du  3ème Dan, cela m’aurait bien aidé !

Le cours suivant a débuté par l’échauffement et une discussion sur le Bouddhisme et une théorie sur un des texte fondateur qui aurait apporté un universalisme que n’aurait pas les autres bouddhismes. Ce texte sera apparu lors de la persécution des juifs par les romains et il se pourrait que ceux-ci l’aient transmis à l’Asie. Ceci expliquerait une interaction entre la Japon et le monde judéo-chrétien d’un point de vue philosophie. Ensuite nous avons passé en revue le tsukiwaza de Jo nage 20, étudiant le pourquoi de chaque mouvement. La manière dont uké saisi le Jo à beaucoup d’importance. Tout cela s’est terminé au restaurant du Rhien au cours duquel j’ai envisagé peut être d’aller à Prague en juin rejoindre Anne qui donne un séminaire. C’est pour le 8 juin et c’est envisageable d’aller y passer un week-end.

knk Article Le Pays 24 03 2012

Publicités

Poster un commentaire

Séminaire Yoshigasaki à Ronchamp

Le séminaire ne commence pour moi que le samedi. Depuis peu, travaillant à paris, je n’ai pu être présent la veille à Ronchamp et ils étaient peu hiers soir en raison des vacances scolaires. Rémi , Corinne et Thierry ont préféré les pistes et on les comprend. Et pas de bol, ce matin Christophe me fait faux bonds malgré les coups de sonnette répétés au bas de son immeuble. Heureusement, Bernard et Sven, Marcel, Claudie, Anne, Nelly et d’autres sont là. Sven a ouvert un club a Francfort avec 30 adultes et 40 enfants!   Sensei commence son cours en précisant que ce qui fait la différence d’un art martial japonais avec les autres, c’est que la pensée et la philosophie ont été précurseur des techniques, alors que c’est souvent juste une justification chez les seconds. La méditation fait partie de son approche, car elle permet de voir le monde dans sa réalité , même si ce n’est pas souvent la vision d’une majorité de gens qui s’appuie que sur des objets identifiables par leur nom. L’aikido doit se pratiquer avec un esprit libre sans se soucier des noms des techniques.  Hitoriwaza débute ensuite avec une remarque sur une position seiza où il faut bouger les jambes sans bouger les hanches. Pas évident de prime abord, mais simple une fois que l’on a compris. Nous avons ensuite travaillé sur le bokken et la notion de coupe, qui diffère de la frappe mécanique. Après une bonne friture chez Bruno, nous avons repris le cours avec une série basée sur le 1er tsusukiwaza de Jo et Bokken. Nous y avons décortiqués toutes les étapes critiques à travers un genre de nouveau tsusukiwaza qui sera le fil conducteur du travail de cette année. Puis nous avons étudié toute la série des ushiro dori et katatedori sur laquelle Sensei nous a expliqué comment il concevait ses enchainements à partir des situations de blocages rencontrées. Bref une journée fort intéressante ! (mais un peu cassé tout de même 😉 )

Poster un commentaire