Articles tagués Ki-Aïkido

Mathématique des points et logique de la forme au Plan d’aups, la surprise de Yves, un nouveau gradé et la grève.

Marseille.jpgJe pense que vous connaissez tous mon attirance pour Marseille et son climat. Je profite donc du séminaire du Plan d’Aups pour prendre quelques jours de RTT, et y retrouver quelques amis aikidokas. C’est Paul qui m’assure habituellement le transport, mais il est coincé dans une taverne en Grèce à préparer un monde meilleur. J’arrive donc le vendredi à 13h by un Tgv Oui-Go  non gréviste, retrouve mon hôtel (Meublé Service, 23 rue d’Italie, 50€, simple, propre, bon accueil, je recommande si vous aimez le style appartement étudiant en centre-ville).
Je pensai retrouver Nelly, mais elle logeait au Plan jusqu’à dimanche.

Bateaux

Pour de suite profiter de la ville, je suis parti pour le Vieux-Port et ensuite monté revoir Notre Dame de la Garde et jouer au parfait touriste (ça grimpe toujours et le soleil plombe). En levant la tête dans la chapelle, on ne remarque pas toujours ces bateaux qui sont suspendus au plafond en ex-voto.  Et puis depuis les terrasses, il ne faut manquer un des plus beau panorama de France sur la ville.

En redescendant en direction de la Castellane, je me suis désaltéré dans un bar à chat.(non, je n’ai pas bu de lait, mais c’est assez marrant d’observer les clients),  puis direction de l’autre coté de la Canebière pour aller manger une dorade à la cantine égyptienne de Nour ( bonne adresse donnée par ma fille).

Le samedi matin, c’est les jambes lourdes et l’oeil rouge, qu’il  m’a fallu remonter au pied des marches de St Charles pour trouver mon chauffeur Gabi avec Marilyn,  et le so british David.  Bien qu’il y’ait à mon avis,trois ou quatre virages ajoutés depuis l’année dernière entre Auriol et le Plan d’Aups, Gabi tel un pilote de rally avisé, slalomant être les cyclistes, nous a conduit au dojo tout juste à l’heure, outrepassant les conseils avisés de Marilyn (je n’ébruiterais pas les conversations dans l’habitacle….).
S+J1Nous voici donc en plein sujet, et Sensei Yoshigasaki rapidement demande à Jérôme, un élève d’ Alain et Annie,  de lui montrer son programme de passage du 1er Dan. Ça commence vite pour Jérôme ! Et il doit montrer d’abord katatedori. C’est l’occasion pour Sensei de revenir sur ce qu’est l’aïkido dans vie réelle. Tout bon aikidoka constate à un moment ou un autre que ce qui se déroule au dojo ne fonctionne pas de la même manière dans la vie réelle. Les arts martiaux étaient fait pour tuer. Mais quelqu’un de normal ne tue pas, et la société ne vous le permet pas. Alors à quoi sert l’aikido aujourd’hui?

Il sert à changer la forme de l’attaquant et non pas à le détruire physiquement. C’ est un art de paix.

J+BIl est inutile de penser projeter à terre dans la rue. il faut d’abord changer l’ esprit de l’agresseur pour pouvoir le déplacer, et vous assurer que chacun poursuivra son existence sans dommage.
Je ne m’étendrais pas plus, sinon de vous dire de venir le pratiquer au dojo. Sensei est en cours d’écriture sur ce sujet et je lui laisse la primeur de vous développer sa réflexion.

Yves-aioliA la fin du cours du matin, Yves nous a parlé de la situation de santé de Bruno Maule et nous a recommandé de lui envoyer en pensée tout notre ki. Je pense qu’il en recevra beaucoup et que ça l’aidera.

Au repas de midi sous les cèdres, juste avant l’Aïoli, Yves nous a offert un pot en raison d’une surprise….

Je me doutais de la surprise, et en effet Sensei lui a remis un très joli diplôme calligraphié de 5e Dan. Je suis très content pour lui qui s’implique beaucoup avec les enfants et pour son travail avancé sur le Ki et la méditation.

 

S+B1Le dojo, du Plan d’aups est très beau et vaste, et C’est Lecorbusier qui en est un des architecte. Mais quand il fait frais, c’est la chaudière qui fait un bruit pas possible, et quand il fait chaud, c’est l’alarme qui se met en route, nous obligeant moi et Yvette à alterner les périodes d’ouverture des baies pour faire circuler l’air. Le bruit de la sirène à tout de même mis au tapis Fabien, victime des acouphènes.

Nous avons ainsi passé l’après-midi à travailler sur le 1er Dan que prépare Jérôme, et notamment le jo et le bokken (série avec les arrêts). Sensei lui a indiqué qu ‘il avait encore 18h pour préparer son examen (tête de l’intéressé….).

Le soir nous nous sommes retrouvé au restaurant des cèdres à écouter les blagues de Gabi,sous le regard outré de Marilyn, qui n’aime pas qu’on prenne les gens au mot.(comprenne qui peut).


Dimanche matin,  ça démarre toujours aussi fort pour Jérôme avec tout de suite examen de ki !

J-Ki

Jérôme se fait reprendre mais Sensei explique que nobody is perfect , et qu’il trouve plus judicieux de faire passer l’examen pour voir les corrections à faire et les expliquer ensuite. Jérôme se corrigera par la pratique.
Il revient sur le fait de changer la forme du corps et ne pas faire des mouvements et déplacements. Pour lui, c’est en raison des mathématiques que les occidentaux se déplacent d’un point à l’autre. C’est pratique pour la technique, mais pas dans les arts martiaux. La vie, c’est des actes, et ils se font avec notre coeur et notre expérience, et pas avec une technique. De même, il faut comprendre qu’avant les mathématiques, le zéro n’existait pas. Il n’y a rien, et ce n’est pas pareil que compter zéro. En aïkido, on ne doit pas compter zéro.

Randori.jpgJérôme a ensuite présenté son examen. Il paraissait plus détendu que la veille, et cela c’est bien passé. Sensei l’a félicité et nous l’avons applaudi. Deux examens dans la même journée, ce n’est pas mal.

Gaby-en--terroristeSensei a corrigé certains mouvements, notamment au bokken, où il faut être plus ouvert, avoir une bonne distance et être décontracté. Nous avons eut droit à un séance mémorable avec Gabi jouant le terroriste avec une kalachnikov. Sensei pense qu’il ne faut pas frapper la tête de l’assaillant, mais frapper les mains qui tiennent l’arme. Vous n’êtes pas un tueur et c’est aussi efficace de le désarmer.

Groupe-tableauNous avons terminé avec Misogi au bokken. Et là, encore une fois Gabi nous a enchanté de sa belle voix (il existe une vidéo prise par Bertrand que nous attendons impatiemment) . Décidément, Paul aura tout raté en restant en Grèce….

N+DLe dimanche soir, Sensei et son épouse sont partis se reposer à cassis.
Gabi m’a redescendu très prudemment avec David et Nelly à Marseille.

FerryboatAvec Nelly, je suis allé sur le vieux port boire un verre au bar de la Marine (cf. Marius), puis pris le ferryboat pour monter au Panier, manger une assiette marseillaise (sardine et panisse) sur une petite place sympa au Caveau du Théâtre. Nous avons devisé sur l’aïkido, nos anciens maîtres,le voyage de Nelly au Japon, nos futurs stages, l’art et la calligraphie…

Revenu donc tard à mon hôtel, j’ai voulu vérifier mon train de 16h. Oups, annulé cause incident grève ! Les trains suivants sont à plus de 180 € (j’ai payé le mien 15 € ! ).  J’en trouve un plus tôt le matin à 88€ !
Vite, je réserve, mais impossible de supprimer celui de 16h ! grrrr….
Finalement, je m’organise pour partir et passe une mauvaise nuit….Levé aux aurores, je rouvre mon application Sncf, et la je découvre que non, finalement mon train de 16h partira bien. J’ai donc maintenant 2 billets !  grrrr…

Je prend l’option de partir à 16h comme prévu. Je profite donc une dernière fois de Marseille pour visiter les Docks (365 m, 4 cours, 7 étages, un vrai calendrier comme me disait Yves). J’y acheté les fameuses Navettes à la fleur d’oranger conseillé par Nelly (Manu, mon épouse adore), et le midi, je mange de délicieux raviolis rue d’Italie sur les conseils de Gabi.

Et finalement mon train part et arrive à l’heure.

Un grand merci aux gens des dojo du plan d’Aups et Thierry que j’attend à Ronchamp, à ceux du dojo de Balerna, et de Marseille.

Félicitation à Jérôme et une pensée positive pour Bruno.

J-kote

Publicités

, , , , , , ,

Poster un commentaire

Séminaire de Ronchamp 16 au 18 mars 2018

BdComme d’habitude à la même période, le séminaire organisé à Ronchamp a pu se dérouler avec la présence de nos amis belges, allemands et suisses. Merci à tous d’être venus suivre les cours du Doshu YOSHIGASAKI.  Par ailleurs, nous avons été très content d’accueillir à nouveau Eric, non voyant total,  venus depuis la région de Nancy avec son adorable épouse. Cela nous permet de nous questionner sur un univers où le toucher et la relation peuvent avoir plus d’importance que la vue.

Thierry-EricPierrot

Thierry et Pierrot expliquant la manipulation du bokken pendant les exercices.

Les explications de Sensei ont tourné cette année autour de l’Aïkido dans la vie réelle. Après avoir terminé un ouvrage important sur l’Aïkido (Evolution dynamique ISBN 978-3-932337-63-5) tel que pratiqué dans les dojos, Sensei se propose d’étudier notre art tel qu’il pourrait être réalisé dans la vie réelle, c’est à dire en oubliant la technique du dojo. La technique est employé pour produire une œuvre ou obtenir un résultat déterminé. Pour cela, les scientifiques et ingénieurs disposent de laboratoires, les sportifs de la compétition, et pour les arts martiaux, cela se déroule dans les dojos. Dans votre vie quotidienne, vous n’avez pas besoin de cela car tout se passe normalement, mais lorsque un événement de la ‘vie réelle’ se produit tel qu’une rencontre amoureuse, un entretien d’embauche, un accident ou une agression, nous vivons des actes de la vie.  De même, chacun des mouvements d’aikïdo peut se traduire en une série d’actes. Chaque acte permet d’obtenir un résultat et peut être réalisé de manière multiple. Suivi par un autre acte, puis un autre , il aboutira cependant à un résultat unique, qui dans notre cas est référencé par un technique et un nom. Attention, si la technique peut se référer à une mathématique des points telle qu’on peut la modéliser parfaitement sur les matières dures comme le métal, le bois, le plastique dur, etc…, la vie réelle est un série permanente de changement de forme, et l’on conçoit parfaitement qu’on ne peut sculpter l’air ou un liquide.

Cours

Pour ces raisons, nous avons travaillé différentes réactions comme si une personne vous agrippait pour vous voler. Nous avons ainsi découvert les différents actes de la vie réelle tel que la perception avec le regard, la modification de l’esprit de cet agresseur, la différence entre le changement et de déplacement, la résolution sans conflit.

A cela, Sensei nous a enjoint de travailler le Misogi et d’user de la voix telle que dans le kototama que l’on pourrait traduire par l’âme des sons. Au Japon, les sons et les paroles reflètent plus le coeur alors que les occidentaux seraient plus cérébraux.

Yvette

Pour cela, il est important de maîtriser la respiration, ressentir les vibrations et l’ordre universel de certains sons (a-e-i-o-u étonnament ordonné à l’identique en occident et au japon), puis de travailler avec une cloche ou un bokken les sons (haut bas)TO HO KA MI EI HI TA ME, (haut) TOHOKAMI (bas)EIHI (bas)TAME, (lent)TOHOKAMIEIHITAME. L’origine de ces sons sont issus d’incantations shintoistes  (Kunitokotachi, la divinité qui autrefois défricha la terre, eut huit enfants. Collectivement, ils furent appelés ‘Kunisatsuchi’ et, comme prénom, ils se virent attribuer les syllabes initiales : To, Ho, Ka, Mi, Ye, Hi, Ta et Me, mais on trouve plein d’autres interprétations). qu’un samourai aurait accéléré dans le cadre de la formation de ses disciples passant du 33 tours au 45 tours….

André

Oui, je sais, si vous n’êtes pas venus, il est difficile de vous raconter, et là je ne vous en ai dit qu’une partie…..

Mais plus simplement, je peux ajouter que  Christophe a passé son examen KI de JODEN et André  l’OKUDEN. Félicitation à tous les deux !

Et que Pierrot, Jean-Paul votre serviteur et Thierry ont bien reçu leur diplôme de 4ème Dan des mains de Sensei.

FrituresQue nous avons tous très bien apprécié la friture chez Bruno, et la bonne cuisine du RHIEN.

Que Yvette qui connait nos défauts, nous a apporté de la bonne Grappa et du chocolat suisse. (merci Yvette, on t’adore)

Que Bruno part à la découverte de tous les gîtes de la région. N’hésitez pas à lui en indiquer les bonnes adresses.

Conversation

Conversation au RHIEN entre Eric et Sensei.

Que Yves nous a proposé des séances orientées sur le KI, et que nous avons admiré Michael qui a tout écouté en français sans broncher.

Que nous sommes proposé comme Uké à André quand il en aura envie.

Qu’en 2019, nous irons voir Anne.

et que le prochain stage aura lieu les 15-16-17 mars 2019.

Groupe

 

, , , , , , , , , , , ,

Poster un commentaire

Séminaire Bruno Maule du Samedi 4 novembre

 

Belle arrière saison pour un 4 Novembre qui s’est traduite par une température élevée sur le Dojo.

 

Nikyo by Rémi

Il faut dire qu’il y’avait un gros programme ce jour, avec des corrections sur les Hitori Waza (importance de la ligne verticale), des funakogis applicables à plein de mouvements , un sankyo ushiro kata dori imparable (bien descendre et prendre en bas la main avant d’initier le sankyo, sous peine d’être pris à la taille),  des ryo katadori avec des tenshins imparables,  des Nikkyos bien tirés, des sankyos qui vous envoient balader….

 

 

De l’art de la bonne saisie….

Couscous chez BRUNO

Après la pause Couscous chez Bruno à Champagney, grande explication sur un travail d’échauffement pour le Bokken utilisé en italie et que nous allons reprendre dans son intégralité car il complète efficacement celui de Sensei. Puis l’après-midi a été consacrée à une grosse révision sur le 1er kata de Jo et les 1er et 2ème katas de Bokken.

 

 

 

 

 

 

Des élèves attentifs

Bravo à Thierry et Kevin, nos nouveaux venus qui ont découvert le programme d’une année en quelques heures… une excellente préparation pour la saison 2017-2018.

La séance s’est terminée par un peu de méditation et une explication sur le pourquoi et le comment de l’étiquette dans les dojos.

Un grand Merci à Yves pour les traductions Italo-germano-françaises.

 

 

, , , , , , , , ,

Poster un commentaire

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Il était prévu dans notre travail de ces 3 dernières années de présenter le 4 dan ensemble, c’est-à-dire Pierrot un jeune Septua, et deux vieux quinquas, Thierry et moi-même (Jean-Paul).

 

Si le vendredi, nous avions reçu avec un peu retard nos diplômes d’Okuden des mains de Sensei, il fallait le convaincre de nous laisser présenter ce fameux  4ème dan . Ce diplôme est le dernier à être présenté avec un examen. Les grades suivants sont liés à une grande expérience d’enseignant et d’investissement dans le Kinokenkyukai.  Il est donc pour nous plus qu’un aboutissement, mais une étape importante pour investir plus pleinement dans l’avenir de nos élèves.

 

Seulement comme rien n’est acquis, et que nos expériences sont limités à notre travail au Dojo, et par nos séminaires en Europe, Sensei avec raison, nous a proposé une révision générale puis passage de l’ examen à la dernière heure du séminaire.

 

Autant dire, que j’ai été tout de suite mis en difficulté quand il a fallu compter durant l’exercice d’Hitori waza. Mon comptage était faux et je pensai qu’il s’agissait de mettre de la conviction de ma voix. En réalité, il fallait bien comprendre que le comptage se fait au moment où les choses changent et non au déplacement. C’est un peu comme si mettait en route le chronomètre quand on met les pieds dans les starting- blocs.  Il faut compter quand le coup de feu part.

Ensuite la voix et l’intonation dans le comptage a également son importance.

 

Ce concept de déplacement et de changement de forme a donc été développé tout au long du séminaire.

Le samedi matin, nous avons revu en détail le Kumitachi et Shinken. Il fallait juste éviter que cela ne soit trop triste en poussant des Kiaïs (Pierrot et Anne comprendront).

 

Bien sur, la pause de midi s’est faites Chez Bruno, avec un très bon Baekof.

 

L’après-midi, tout d’abord, un explication sur le A-E-I-O, lors des exercice de Kenkodo. Je vous la donne telle que Sensei l’a présenté :

AI signifie d’accord mais en ancien japonais, on disait EI.

IE, IO  c’est pas d’accord.

Il parait que le concept de Oui, Non n’existe pas dans les conversations. Il faut comprendre D’accord, et pas D’accord .

Donc l’exercice consiste à dire d’accord et pas d’accord.

 

Puis nous avons révisé du Jo nage avec toujours cette notion du déplacement et du changement de forme. Le shiho Nage par exemple se travaille d’abord en déplaçant puis en changer la forme, un peu comme une voiture qui veut faire demi-tour sur l’autoroute. On ne tourne pas directement, il faut d’abord prendre une sorte puis une entrée. Pour ma part, j’ai apprécié d’expliquer ceci à Eric, un non-voyant qui ne travaille qu’avec la perception du mouvement sur le JO.

 

A la fin du cours, j’avais discrètement dénoué mon pantalon pour profiter d’une petite pause rapide. Et bien, il n’y en a pas eu ! Je me suis retrouvé avec mon pantalon un peu ouvert, et n’ai pas pu retrouvé mon Jo et du en emprunter un au bord du tapis. Et hop…c’ets parti, avec  enchainement d’Hitoriwaza, avec une petite erreur de comptage et un peu contracté, mais ça passe. Ensuite, Kata dori Shomen avec un Christophe parfait dans les chûtes. Pour le Boken, je pensai démarrer avec Shinken, mais Thierry débute, avec Kumitachi. Je rattrape le coup, puis nous faisons Shinken sans problème. Puis Jo nage avec Christophe sans problème, sauf que j’ai failli oublier le travail à 2 et 3 attaquants… En fin de Randori, trou bête, je ne trouve plus le mot Yamé pour arrêter. Je glisse un mot à mes partenaire, qui ne m’entendent pas, alors ça dure jusqu’à ce que Sensei me dire qu’on arrête.  En plus je rate le salut alors que je suis le premier à cheval sur le protocole. Tout ça pour vous dire qu’il ne faut pas stresser quand vous  passerez votre examen avec Sensei. Ce ne sera pas parfait et c’est normal, mais Sensei s’attache plus à la manière qu’à la perfection.

 

Thierry et surtout Pierrot ont survolé l’examen avec une petite pointe de stress comme moi dans le comptage, mais ça c’est bien déroulé. Respect à mes anciens !

Nous avons fini la matinée autour d’une bonne friture de Sandre, à discuter ensemble. Eric nous a confirmé que cela lui avait plût. C’est une première avec un non-voyant et nous en sommes très content.

Nous avons évoqué une périple à Bruxelle, et il se pourrait que les chose se décident pour septembre 2018. Anne nous en reparlera ! (et encore merci à Anne et Nelly pour les petits oeufs de Pâques qui n’ont pas survécus longtemps).

 

 

 

, , , , , , , , ,

Poster un commentaire

Séminaire des trois Shihans

Bruno Maule, Giani Gioconte et Mario Peloni sont des grandes figures de l’Aïkido en Italie.
Sur invitation de Bruno Maule, chaque maître a tenu 3 séances de 1 heure qui ont été très instructives et au cours desquelles ont participé une soixantaine de gradés du Ki-Aikido.

Mario de Florence, est le plus ancien mais nous ne l’avions jamais rencontré auparavant. De Florence, nous ne connaissions que Beppe, qui malheureusement nous a quitté l’année dernière. Mario est un monsieur de 77 ans, calme et paisible, qui a beaucoup à donner de son expérience. Il a choisi de nous parler du Tantodori.
Toutes les armes des Samouraïs avaient interdites en 1868, sauf le tanto, car impossible d’interdire le couteau y compris de cuisine, et c’est devenu une arme courante utilisée par les brigands des rues. Mario, se basant sur les tandoris est revenu sur la différence du dojo et de la rue. La chute n’est pas envisageable dans la rue où il faut avant tout désarmer et prévenir toute nouvelle attaque. Il rappelle également qu’il ne faut blesser personne, car il est toujours difficile de prouver que ce n’est pas vous l’assaillant. Pour cette raison, éviter de piquer et toujours appuyer le couteau sur cou avec le coté opposé au tranchant. Nous avons apprécié ce Maître qui est passé voir travailler chacun pour lui donner un conseil pertinent.

Son bon conseil : Omoté contre Omoté n’existe pas dans l’Aikido.

Giani est également de Novara. C’est un personnage charmant, toujours de bonne humeur et plein d’humour. Il a choisi Jonage, parce que sa philosophie est de guider aussi bien avec les mains qu’avec un jo. La conduite du jo se fait d’abord en proposant le jo, puis avec la main en position arrière, enrouler pour changer la position et l’esprit de uké, et seulement là, vous pouvez appliquer la technique. Appréciez la technique de ces deux pratiquants.

Son bon conseil : Guidez avant de vouloir faire la technique. Pratiquez votre aïkido avec votre esprit a plus de valeur que de vouloir reproduire comme une photocopieuse.

 

Bruno Maule pratique plus l’aspect martial, et notamment les armes. Cela nous a donné l’occasion d’apprendre un nouveau kata de Bokken, inspiré de celui de Jo qu’il nous avait montré en Novembre. Nous avons ajouté ici une petite vidéo. Il manque la dernière partie.

Son bon conseil : La richesse du Ki-Aïkido provient de l’enseignement propre à chaque maître selon les concepts établis par le Doshu.

Au final, nous remercions les gens de Novara pour leur accueil, et notamment Sarah et Maurizio. Comme d’habitude, nous avons profité de la bonne gastronomie italienne. Pour info, au repas du samedi soir, il y’avait un apéritif (Prosecco), de la bière et du vin, des charcuteries en entrée, des pâtes en hors d’oeuvre, suivie de Panice  qui est une espèce de risotto avec haricots blancs et saucisses grasses, puis du veau et boeuf en daube avec de la Polenta, suivi de fromage et dessert avec un verre de Limone et tout ça pour 30€. Pitié pour mon régime, ne me laisser pas un mois là-bas !

 

, , , , ,

Poster un commentaire

Un vendredi 13 sur la route de Novara (Thierry, Jean-Paul et Christophe)

Nous nous sommes mis en tête d’aller voir 3 Shihan très importants en italie qui donnaient un cours commun à Novara.
Nous connaissons déjà Bruno et Giani, mais pas encore Mario PELONI.
Déterminés à arriver la veille afin suivre le cours du soir de Bruno Maule, nous sommes partis vers 11h de Beaucourt juste quand la neige s’est mise à tomber.
Elle nous a suivie du Jura Suisse jusqu’à Bellinezona.
Au passage, regardez cette petite vidéo prise juste avant le Gotthard.
Au final, nous avons mis 7h30 pour joindre Novara au lien des 5h15 annoncés.
Là, nous nous sommes reposé dans un sympathique bistro qui vous offre une grande bière et un buffet très garnis de spécialités italiennes pour 7€.
Bien rassasiés, nous avons retrouvé Gaby au Dojo et avons suivi le cours de Bruno.
A 23h, après avoir remangé un bon plat de pates al’tonno, puis nous avons dormi dans l’ambiance très chaude du Dojo. A 2h du mat’, j’ai réussi à couper la clim qui était sur 25°C.
Nous qui venons des régions froides, préférions dormir la fenêtre ouverte….

, , , , ,

Poster un commentaire

Le séminaire du Samedi

Samedi très studieux, avec au programme le 4ème Dan. Nous avons de la matière depuis notre passage du 4ème Dan de Ki, et il nous reste une année pour travailler le 4ème Dan d’Aikido. Il faut en tout 7 ans pour préparer cet examen et nous (Pierrot, Thierry et Jean-Paul) sommes sur la dernière ligne droite. Nous avons donc débuté avec l’Aiki Taiso, avec des correctif sur le comptage et la voix, Udefuri Chuyaku Waza, Sayu Waza… Nous avons enchainé ensuite sur Shinken. Une pause à midi s’est déroulé comme d’habitude chez Bruno, avec une excellente tête de veau, suivie d’une partie de GO (nous sommes victime de l’actualité). L’après midi a été consacrée à Kata dori Shomen et s’est terminé par l’examen Joden pour Gérard et Shoden pour Rémi, faisant d’eux de futurs 1er et 3 dan. Il ne reste plus qu’à travailler.

, , , , , , , ,

Poster un commentaire